Retraction

1838-05-17 - Charles Maurice Talleyrand


Touché de plus en plus par de graves considérations, conduit à juger de sang-froid les conséquences d’une révolution qui a tout entraîné et qui dure depuis cinquante ans, je suis arrivé, au terme d’un grand âge et après une longue expérience, à blâmer les excès du siècle auquel j’ai appartenu, et à condamner franchement les graves erreurs qui, dans cette longue suite d’années, ont troublé et affligé l’Eglise catholique, apostolique, romaine, et auxquels j’ai eu le malheur de participer.

S’il plaît au respectable ami de ma famille, monseigneur l’archevêque de Paris, qui a bien voulu me faire assurer des dispositions bienveillantes du souverain pontife à mon égard, de faire arriver au Saint-Père, comme je le désire, l’hommage de ma respectueuse reconnaissance et de ma soumission entière à la doctrine et à la discipline de l’Eglise, aux décisions et jugements du Saint-Siège sur les affaires ecclésiastiques de France, j’ose espérer que Sa Sainteté daignera les accueillir avec bonté.

Dispensé plus tard par le vénérable Pie VII de l’exercice des fonctions ecclésiastiques, j’ai recherché, dans ma longue carrière politique, les occasions de rendre à la religion et à beaucoup de membres honorables et distingués du clergé catholique tous les services qui étaient en mon pouvoir. Jamais je n’ai cessé de me regarder comme un enfant de l’Eglise. Je déplore de nouveau les actes de ma vie qui l’ont contristée, et mes derniers vœux seront pour elle et pour son chef suprême.



Enviado por Enrique Ibañes